Par où commencer l'écriture - Bannière
Bien écrire de la fiction, Bien écrire un texte

Par où commencer l’écriture

Une idée de livre te trotte dans la tête et te démange les doigts. Mais tu hésites: devrais-tu faire un plan? Un brainstorm? Ou encore écrire le plus possible et faire le ménage ensuite? Bref, par où commencer l’écriture de ce livre?

Si tu as lu d’autres articles de ce blogue, tu te doutes de ma réponse 😉

Ça dépend.

Réponse plate, mais la seule qui vaille toujours!

Quand même, creusons la question pour examiner tes options.

As-tu du temps ou une échéance?

Est-ce un projet de cœur dont personne n’a idée sauf toi? Ou as-tu une date de remise ferme? Selon ta situation, ça change la donne.

Si tu as du temps, tu peux explorer, écrire et réécrire. Bref, ne pas faire de plan, ne pas planifier, y aller selon ton humeur et ton idée du jour. L’avantage de cette approche est l’absence de stress. Par contre, elle peut aussi manquer de satisfaction. Le risque est grand de laisser aller et de ne jamais compléter!

Si ton temps est restreint, je te suggère fortement de faire un plan. Selon ton projet et tes aptitudes, il peut être plus ou moins détaillé, mais de savoir où tu commences et où tu finis t’aidera à optimiser tes séances d’écriture.

À lire: Faire ou ne pas faire de plan, telle est la question

Quel est ton point de départ?

Voici différentes approches, selon l’étincelle qui démarre le feu de ta créativité.

Dans tous les cas, tu peux choisir de te lancer autrement. Si les phrases surgissent d’elles-mêmes pendant que tu réfléchis à un plan, bien sûr que tu peux les noter!

Je te propose des bonnes pratiques, mais l’art et la créativité ne sont pas des sciences exactes et infaillibles.

Ton étincelle est un sujet

Première possibilité: tu as envie d’écrire sur un sujet X.

Tu es peut-être spécialiste de ce sujet, ou alors il te tient particulièrement à cœur. Dans les deux cas, tu souhaites partager tes connaissances ou ton vécu à d’autres.

Ça peut être sous forme de récit ou de fiction… peu importe.

Ici, je te suggère de commencer avec un braindump et un brainstorm. Pardon: un vide-tête et un remue-méninges!

Réponds aux questions suivantes:

  • Que sais-tu?
  • Qu’est-ce que ton lecteur sait?
  • Que veux-tu transmettre? Quel est ton message?

Ensuite, détermine l’angle de ton livre et fais un tri parmi toutes tes idées. Tu peux les catégoriser:

  • Incontournable (ça DOIT être dans le livre)
  • Intéressant (ça agrémente sans être essentiel)
  • Inadéquat (chouette idée, mais pas pour ce livre-ci)

Tu gardes les incontournables, tu tries les intéressantes et tu rejettes les inadéquates. À partir de là, faire un plan devrait être assez rapide.

Perdue dans toutes ces notions? Le Cahier d’autrice t’accompagne étape par étape, en toute simplicité.

Ton étincelle est une idée

Deuxième possibilité: tu connais déjà ton angle, ton message.

Si tu maîtrises parfaitement ton sujet, ou si tu recycles du contenu d’ailleurs (ton blogue, une conférence, etc.), lance-toi.

C’est que, si tu connais ton propos sur le bout des doigts et si tu es habituée d’en parler, il y a de bonnes chances que tu aies déjà un plan dans ta tête, que tu le réalises ou non.

Évidemment, tu peux prendre le temps de coucher ton plan par écrit. Si tu as un gros livre en tête, ça t’aidera à garder le cap, à suivre ton avancement, à ne rien oublier, etc.

Mais je remarque que, chez les auteurs qui sont habités par une idée, préparer l’écriture gâche souvent l’envie d’écrire. Au point qu’aucune rédaction ne se fait! N’est-ce pas ironique?

À lire: Vomis ton premier jet (d’écriture)

Alors, fais un plan si ça te dit. Sinon, écris.

Tu peux toujours structurer et réécrire plus tard 😉

Ton étincelle est un monde

Particulièrement en fantasy et en science-fiction, on peut être inspiré par la possibilité d’un monde différent du nôtre. On dessine des cartes, écrit des lois, invente une Histoire et des religions… Mais on passe à côté de la track des personnages et du récit. Peut-être même qu’on n’écrit pas du tout!

Ici, un peu de réflexion s’impose pour pondre un roman qui captivera le lecteur. Voici quelques pistes:

  • Ce monde est-il stable ou en pleine révolution?
  • S’il y a stabilité, qu’est-ce qui se passe qui soit intéressant?
  • S’il y a révolution, quel personnage peut en témoigner le mieux? Pourquoi lui en particulier?
  • Que vit-il, comment s’adapte-t-il ou résiste-t-il?
  • Quelle est sa quête?
  • Comment réagissent les autres autour de lui? Quels comportements différents, voire contraires, existe-t-il?

À noter qu’une exploration du monde, non axée sur l’action mais plutôt descriptive, offre également un potentiel intéressant. Tout dépend de ton objectif et de ton lecteur idéal.

Ton étincelle est un personnage

Tu le vois dans ta tête. Tu l’entends, tu sens même son odeur. Il t’habite jusque dans tes rêves, mais tu ne sais pas ce qu’il fait, ni ce qu’il veut. Oups!

En tout temps, garde en tête qu’en fiction, «tout» est possible. C’est juste que «tout» n’est pas intéressant pour n’importe quel lecteur 😉

Tu peux écrire en mode exploratoire et découvrir ce personnage selon ce qui vient. Une intrigue se dessinera peut-être d’elle-même, comme avec Outlander. Dans un vieux podcast que je n’arrive pas à retrouver, l’autrice Diana Gabaldon raconte comment Claire Beauchamp s’est imposée à elle et comment l’intrigue s’est construite autour d’elle au fur et à mesure de l’écriture.

Tu peux aussi commencer par cerner ton personnage, par exemple en lui créant une fiche (il existe une multitude de modèles, fais une recherche sur Google). En le documentant, tu découvriras peut-être son histoire ou sa quête.

Décortiquer le monde dans lequel il évolue peut aussi créer des opportunités d’intrigue. Et ce, que son monde ressemble au nôtre ou non.

Autre voie: utiliser le schéma actantiel pour bâtir une histoire dont il sera le héros… ou pas! #toutsepeut

Attention: C’est facile de se laisser emporter, de suivre un personnage intrigant mais qui, au bout du compte, n’intéressera pas le lecteur. Ça m’est arrivé avec les premiers chapitres de Bad Boys.

Rappelle-toi que les enjeux sont essentiels en fiction. Que veut ton personnage? Qu’est-ce qui l’empêche d’être heureux, de réussir sa quête? Quelles solutions trouvera-t-il?

Bref, quels sont le schéma actantiel et le plan de ton histoire? Grâce à ce contexte, ton personnage s’épanouira dans toutes ses dimensions.

En résumé

N’importe quoi peut devenir un point de départ pour l’écriture d’un livre, fiction ou non.

Il n’existe pas de méthode exacte, s’appliquant à tout les auteurs, pour amorcer la rédaction.

Si certaines approches permettent de gagner du temps, ne néglige pas la notion de plaisir, qui se retrouve parfois dans l’exploration libre et improductive.

Alors, comment te lances-tu dans l’écriture de ton livre? Réponds en commentaire!

Laisser un commentaire ou poser une question