Faire ou ne pas faire de plan, telle est la question (ou pas)
Bien écrire un texte, On jase!

Faire ou ne pas faire de plan, telle est la question (ou pas)

Faut-il un plan pour écrire? Une question que tu te poses peut-être, surtout si tu hésites à te lancer dans un gros projet d’écriture comme un livre. C’est une interrogation légitime. Voyons ce qu’est un plan, qui devrait l’utiliser et à quel point il faudrait le détailler.

Je te le dis tout de suite: je ne suis pas une adepte du plan à tout prix!

Un plan, c’est quoi

Le plan d’un texte représente sa structure. Il présente les points principaux de notre propos, ou les péripéties principales de notre histoire, dans un ordre cohérent.

Le plan de rédaction expose l’organisation du texte en fonction des intentions que vous poursuivez. Il permet de préciser l’orientation de votre texte, d’identifier le fil conducteur de votre exposé, d’éviter les digressions et les commentaires hors propos.

TELUQ, «La rédaction»

Le cauchemar académique

On a appris à utiliser le plan dans un cadre académique et obligatoire. De quoi en décourager (pour ne pas dire «écoeurer») plusieurs, surtout avec la rigidité de la structure imposée: sujet amené, posé, divisé; idée principale 1, idée secondaire 1, argument 1, argument 2, etc.

Mais je ne veux pas te faire faire de cauchemars à nouveau. Au contraire!

La réalité rédactionnelle

Je te propose de voir le plan comme un outil. Dans la vraie vie, le plan de rédaction devient un appui, un guide.

Il n’est pas une prison, ni un engagement irréversible. Tu peux ne pas le respecter, oui, oui!

L’image de la carte routière

J’aime bien offrir l’image de la carte routière pour voir le plan différemment.

Avant le départ, tu peux choisir ton itinéraire au kilomètre près et prévoir chaque arrêt, ta vitesse, etc. Tu peux aussi ne rien vérifier et improviser tout le long.

En cours de route, tu peux rencontrer un obstacle imprévu comme des travaux. Tu peux avoir envie de changer de paysage et d’emprunter une route plus champêtre. Ou, au contraire, de couper court à ton voyage et de rejoindre l’autoroute la plus directe.

En fin de compte, ce qui importe, c’est d’arriver à destination saine et sauve, n’est-ce pas?

Même chose en rédaction. L’important est d’amener tes lecteurs au bout du texte. Le plan peut t’y aider.

Jeune femme au milieu de la route, consultant une carte routière: il vaut parfois mieux déterminer son trajet avant de partir, comme en écriture!
Il vaut parfois mieux déterminer son trajet avant de partir.

Obligatoire ou pas?

Alors, est-il obligatoire ou non de faire un plan?

Non, ce ne l’est pas.

Comme pour un roadtrip, tu peux te lancer sans plan ni carte, en suivant l’inspiration pour «voir ce que ça donne».

Surtout en fiction: découvrir le sort de tes personnages en même temps qu’eux est excitant.

De plus, soyons honnêtes: aucun lecteur ne refuse de lire un texte parce que l’auteur n’a pas fait de plan.

Qui vérifie l’existence d’un plan avant de cliquer sur un lien ou d’ouvrir un livre? Personne.

Par contre, l’absence de plan peut être ressentie dans la lecture. Aucun lecteur n’apprécie un texte décousu, des idées pêle-mêle ou incomplètes et des répétitions inutiles.

Voyons les avantages et inconvénients du plan, puis qui devrait l’utiliser et comment.

Les avantages du plan

Essentiellement, le plan aide l’auteur à gagner du temps.

Il aide à choisir et à ordonner les idées. Ce travail de structure diminue la confusion du propos et les longueurs inutiles. Il réduit aussi le temps passé à réécrire et à ajuster le texte.

Tout cela facilite le respect des échéances.

Le plan permet aussi d’offrir un texte plus cohérent au lecteur.

Les inconvénients du plan

D’un autre côté, le plan requiert du temps, et du temps de qualité en plus. Il faut s’occuper de lui avant de se lancer dans la rédaction, ce qui peut être frustrant pour les auteurs friands de spontanéité.

Pour plusieurs, le plan évoque une prison… mais il n’en est pas une! C’est une carte routière 😉

Qui devrait faire un plan?

Tout le monde.

Sérieusement, toute personne qui veut offrir un texte structuré et clair, surtout si elle n’a pas l’habitude d’écrire sur le sujet ou dans le format choisi, devrait faire un plan.

C’est comme en rénovation, en cuisine ou en voyage : plus tu débutes, plus tu planifies.

Te lancerais-tu dans la destruction de tes armoires de cuisine avant de savoir par quoi tu les remplaceras? Commencerais-tu à cuisiner sans t’assurer d’avoir tous les ingrédients? Te rendrais-tu à l’aéroport sans connaître la durée de ton séjour à l’étranger?

Peut-être. Surtout si tu as beaucoup rénové avant, si tu connais ta recette et le contenu de ton frigo par cœur, ou si tu voyages six mois par année.

Autrement, tu sais que ce n’est pas la meilleure des idées 😉

À quel point détailler le plan?

Plus un plan est détaillé, plus la rédaction est rapide.

Lorsque le plan inclut les arguments, les explications et les exemples, il ne reste pratiquement plus qu’à ajouter les mots coordonnateurs pour obtenir le texte comme tel.

Ça fonctionne très bien pour le texte explicatif. Par contre, en fiction, un plan «action par action» peut s’avérer contraignant, voir étouffant!

Un plan moins détaillé peut aussi faire l’affaire. Inscris tes idées principales ou les grandes lignes de ton histoire, et lance-toi!

Voici deux exemples de plans d’articles de blogue, l’un très succinct et l’autre plus élaboré.

Exemple de plan succinct de texte.
Plan succinct pour l’article Maîtriser l’accord à l’impératif

Et si on écrit sans plan

Tu écris sans plan et tu as l’impression que tes idées sont confuses? Essaie l’exercice suivant: identifier l’idée principale de chaque section et de chaque paragraphe (ou l’action-clé de chaque chapitre, en fiction).

Bref, fais le plan à partir du texte.

Les idées sont-elles faciles à identifier? Arrivent-elles dans un ordre logique? Si oui, bravo!

L’exercice est-il pénible? As-tu envie de tout réécrire? Alors commence par le plan, la prochaine fois 😉

Pinterest: faire ou ne pas faire de plan, telle est la question (ou pas)

Alors, plan ou pas plan?

Je te fais une confidence: mon expérience d’écriture m’a souvent donné confiance pour me lancer sans guide, surtout pour ce blogue. Plusieurs articles ont été écrits sans plan écrit.

Et j’avoue être une cordonnière mal chaussée. Lorsque je relis les articles rédigés d’un trait, je les trouve souvent confus, trop longs, éparpillés, pas clairs… Bref, tout ce que je ne veux pas qu’ils soient!

J’essaie donc, de plus en plus, de travailler avec un plan. Pour t’offrir mes connaissances dans le meilleur format possible, pour que tu comprennes bien mes explications.

Comme quoi, même si tu décides d’écrire sans plan, tu peux aussi changer d’idée.

(Bref, oui, écris avec un plan! 😉 )

Obtenir d’autres conseils d’écriture

Laisser un commentaire ou poser une question