Bannière de l'article Pourquoi et comment épurer son style d'écriture
Bien écrire un texte

Pourquoi et comment épurer son style d’écriture

Pourquoi et comment épurer son style d’écriture? Pour être compris et offrir une lecture agréable en éliminant les lourdeurs et les éléments inutiles. OK… mais encore?

Épurer son style, c’est offrir l’essentiel et l’agréable à son lecteur.

Cet article donne des trucs concrets pour éliminer le flafla rédactionnel. Que vous écriviez pour le web ou non, il vous aidera à adopter un style plus concis sans perdre de votre personnalité.

Ça fonctionne aussi pour la fiction!

Pourquoi épurer son style d’écriture?

Épurer son style permet d’être bien compris, favorise la pertinence de nos propos et rend la lecture agréable.

Tout de suite, je nuance: un vocabulaire riche et des phrases complexes ont leur place dans tous les registres de rédaction (sauf peut-être pour les tout-petits… mais on pourrait en débattre). Toutefois, riche ne veut pas dire confus, et complexe ne veut pas dire compliqué.

Au contraire! Plus le vocabulaire est riche, moins on a besoin d’adverbes et d’adjectifs pour préciser sa pensée. Plus une idée est complexe, plus elle gagne à être rendue de façon simple et directe.

«Peut-on imaginer une machine contenant des vis et des engrenages inutiles? Elle ne prendrait pas de temps à tomber en panne.»

André Noël, Le Style: conseils pour écrire de façon claire et vivante

Ainsi, en évitant les digressions, les parenthèses, les précisions superflues, etc., on diminue le risque de perdre le lecteur en cours de route. On éparpille moins nos idées, on reste concentré sur notre sujet, notre message. Et cela est toujours apprécié par nos lecteurs.

Et en fiction?

«Oui, mais j’écris de la fiction, je peux bien amener mes lecteurs à l’écart un peu, y a plein d’auteurs qui le font!» Oui, tout s’écrit, tout peut se justifier, surtout avec beaucoup de talent et d’adresse. Peut-être est-ce votre cas (bravo!).

Peut-être aussi que vos lecteurs s’ennuient, se questionnent ou hésitent en parcourant votre histoire… parce qu’ils la comprennent mal ou qu’ils s’y sentent perdus. Une expérience désagréable qu’ils n’auront pas envie de renouveler et qu’aucun éditeur ne voudra offrir!

«On évite de surcharger les textes d’adjectifs, d’adverbes et de compléments divers. Pourquoi? Pour produire des textes plus concis, moins traînants, moins ampoulés; pour accroître la densité et la force des idées; pour créer un rythme plus rapide; pour accentuer la clarté de l’expression.»

André Marquis, L’art de retravailler ses textes

Avez-vous en tête un ou des auteurs qui ont un style fourni, voire ampoulé, dont les intrigues se répandent en sous-intrigues plus ou moins tissées serré, et qui connaissent néanmoins un grand succès? Alors, vous accueillez sans doute mon conseil avec scepticisme.

S’il vous plaît, posez-vous la question suivante: est-ce que tout est justifié par l’intrigue?

Prenons deux exemples de romans bien épais: Harry Potter et Game of Thrones.

Les premiers tomes de deux séries littéraires volumineuses: Game of Thrones (Le trône de fer) et Harry Potter
Les premiers tomes de deux séries littéraires volumineuses: Game of Thrones (Le trône de fer) et Harry Potter

Dans Harry Potter, rien n’est laissé au hasard. Des détails fournis en début de tome deviennent des éléments d’intrigue par la suite. Beaucoup d’éléments contribuent à nourrir la vraisemblance du monde fictif et la psychologie des personnages. Ils nous montrent comment cet univers fonctionne, quelle est sa logique interne, et que cela nous permet de comprendre les enjeux et les péripéties qui suivent.

Dans Game of Thrones, il y a de cela… ainsi que de l’esbrouffe. Par exemple, plusieurs personnages tertiaires ont une histoire et une personnalité en trois dimensions. C’est riche, très riche… comme un gâteau trop sucré qui lève le cœur. Inutile de détailler les ennuis digestifs du quidam qui garde la tour en début de chapitre: on sait qu’on ne parlera plus de lui quatre paragraphes plus loin. Souvent inutiles, aussi, les descriptions des vêtements portés par les femmes (sauf pour plaire au lectorat masculin et alimenter une vision sexiste du monde #onarrêteici).

Bref, si les deux séries étaient des athlètes, Harry Potter serait un boxeur aux muscles découpés, et Game of Thrones serait un très respecté lutteur sumo.

Évidemment, ils ne visent pas le même public et n’ont pas les mêmes ambitions. Néanmoins, on sent plus d’éparpillement dans GoT que dans HP, ce qui fait qu’on dévore HP sans s’en rendre compte et qu’on court un marathon avec GoT.

Revenons à comment vous, vous pouvez épurer votre style et favoriser une lecture enlevante.

Comment épurer son style d’écriture?

Plusieurs trucs sont à votre disposition pour obtenir un style plus fluide et plus direct. Le choix du truc dépendra de votre contexte de communication et de vos préférences.

Question de contexte…

Ainsi, je nuancerais le conseil d’André Noël: «Il faut rejeter les mots sophistiqués et chérir les mots simples.» (Le Style: conseils pour écrire de façon claire et vivante)

Dans certains contextes, le mot sophistiqué a sa place, il faut être précis, par exemple en sciences et en politique. Ce peut être adéquat en fiction aussi.

En général, si vous vous adressez à monsieur et madame Tout-le-monde, que ce soit dans un but informatif ou ludique, un vocabulaire simple vous aidera à être compris.

…et de préférences

Albert Camus, Stephen King, Amélie Nothomb. Victor Hugo, Diana Gabaldon, Patrick Sénécal. Ces six auteurs sont adorés par leur public respectif et reconnus pour leur écriture. Toutefois, les trois premiers ont un style sobre, voire dépouillé, tandis que les trois autres ont un style étoffé et dynamique. Et c’est parfait comme ça.

Épurer votre style ne veut pas dire de viser le minimalisme rédactionnel absolu. Comme je le mentionnais plus haut, une envolée lyrique et des détails à foison peuvent être les bienvenus s’ils sont pertinents et bien écrits.

C’est quoi, au juste, bien écrire?

Vous, qu’aimez-vous lire? Pourquoi?

Et, au contraire, qu’est-ce qui vous déplaît dans un style d’écriture? Pourquoi?

Voilà: utilisez ces réponses pour trouver votre propre voix à l’écrit.

Pour vous aider, voici quelques pistes concrètes.

Pinterest - Trucs pour épurer son style d'écriture

Quoi surveiller dans son texte

À l’échelle du texte, on regarde d’abord les grands éléments narratifs. On se penchera sur le choix des mots plus tard.

Vérifiez si tout est pertinent.

  • Chaque section, chaque paragraphe est-il utile?
  • Y a-t-il répétition des idées? Ça peut être justifié (surtout dans un contexte éducatif), mais est-ce bien dosé? Le contenu est-il varié, vu sous un angle différent?
  • Chaque phrase est-elle nécessaire? Si vous la supprimez, comprend-t-on le propos quand même?

Que faire lorsqu’une phrase s’avère superflue mais qu’on l’aime (elle est si bien écrite!)

Quoi surveiller dans ses phrases

Une fois votre contenu épuré et confirmé, vous pouvez examiner sa forme, c’est-à-dire la formulation, le vocabulaire.

Traquez les lourdeurs dans vos phrases. Voici des éléments à surveiller:

Les circonlocutions sont des bouts de phrase qui remplacent des mots. Comme le dit André Marquis, «Ce procédé peut avoir son utilité pour éviter une répétition ou pour engendrer un parallélisme sonore, mais il doit être utilisé avec parcimonie et finesse.» (L’art de retravailler ses textes) Attention à la langue de bois et au manque de vocabulaire!

Comment savoir s’il faut épurer ou non

Peut-être hésitez-vous: chaque élément et chaque mot de votre texte vous paraissent essentiels à la compréhension du lecteur, à la création de votre monde fictif. Ce constat compréhensible et normal, mais ça ne veut pas dire que vous avez raison.

Voici quatre tactiques pour vérifier si vous devriez épurer votre style ou non.

Vous reconnaîtrez peut-être des conseils que je donne souvent, et que vous aurez aussi vus sur d’autres blogues ou dans des livres sur l’écriture. Si tout le monde donne ces conseils, c’est qu’ils ont du bon 😉

Façon 1: Prendre du recul sur le texte

Laissez dormir votre texte un moment: quelques minutes, heures ou jours pour les textes courts; quelques jours, semaines ou mois pour les projets ambitieux.

Cela vous permettra un certain détachement émotif envers votre texte et votre effort de rédaction. Ainsi, vous distinguerez mieux l’essentiel de l’inutile, le justifié de l’éparpillement.

Façon 2: Poser la question: quel est l’impact si j’élimine cette phrase / ce paragraphe / ce chapitre?

Supprimer une partie du texte devrait affecter sa compréhension. Comme je l’ai expliqué avec l’exemple d’Harry Potter, la compréhension se joue sur différents plans: actions, vraisemblance, psychologie, etc.

Note: Avoir pris du recul sur votre texte vous aidera à répondre avec lucidité!

Façon 3: Couper 10% du premier jet

Personnellement, je ne suis pas fan de cette technique, mais elle sert à plusieurs écrivains aguerris, notamment Stephen King (voir On Writing), donc je vous la partage.

L’idée est d’éliminer systématiquement une portion de votre premier jet, par exemple 10%. Si votre texte compte 2000 mots, coupez-en 200. Ou plus.

Cela vous oblige, en fait, à répondre à la question précédente: quel est l’impact si vous éliminez tel ou tel élément?

Et vous voilà contraint à vous détacher de vos phrases chéries, à être concis et à cibler l’essentiel. À essayer!

Façon 4: Demander l’avis de quelqu’un d’autre

Un regard extérieur et avisé identifiera plus facilement les répétitions désagréables ou les lourdeurs stylistiques, puisque la personne a moins d’attachement envers le texte.

Si vous pouvez compter sur un ami, un membre de votre famille ou un collègue aux conseils judicieux, profitez-en!

Il existe aussi des lecteurs et des correcteurs professionnels qui peuvent vous offrir leur point de vue sur un texte, ou encore travailler votre style avec vous.

Format Pinterest - Pourquoi et comment épurer son style d'écriture

Projet bloqué? Profitez de mon œil aguerri!

Travailler avec Valérie

Laisser un commentaire ou poser une question