Bannière de l'article Éliminer l’éparpillement en écriture grâce à deux intentions précises
Bien écrire un texte

Éliminer l’éparpillement en écriture grâce à deux intentions précises

As-tu tendance à t’éparpiller quand tu écris? Lorsque tu travailles avec un plan, ton propos déborde-t-il quand même du sujet établi? Une parenthèse explicative ou humoristique finit-elle par monopoliser le compte de mots total? As-tu même du mal à terminer tes textes, parce que tu ne sais plus où tu en es dans tes idées, ni comment revenir à l’essentiel?

Pour régler ces problèmes et éliminer l’éparpillement en écriture, je te propose de te ramener à deux intentions précises: la tienne et celle du lecteur.

Ces intentions changent d’un texte à l’autre, car elles concernent leur raison d’être respective. Voici les deux questions qui permettent de les énoncer:

  1. Pourquoi écris-tu ce texte?
  2. Pourquoi le lirait-on?

Voyons comment répondre efficacement à ces questions, et pourquoi les réponses s’avèrent de précieuses alliées pour une rédaction alignée.

Un sujet et un angle bien définis font partie des bonnes pratiques en rédaction.

L’intention de l’auteur (la tienne)

Ton intention évoque ta motivation pour écrire un texte en particulier. Essentiellement, il s’agit de répondre à la question «Pourquoi écris-tu ce texte?»

Attention! La réponse doit être plus précise que «j’aime écrire» ou «je veux aider/informer/divertir les gens». Ces énoncés sont trop vastes, trop ouverts.

Or, c’est justement le problème: le champ de possibilités est trop vaste, et tu as besoin de garder le focus.

Précise donc ton angle d’écriture.

Voici quelques exemples.

Je veux aider mes lecteurs à moins s’éparpiller dans leurs idées lorsqu’ils écrivent à leur tour.

Je veux informer les adolescents des effets négatifs de la fumée secondaire sur les poumons.

Je veux faire rire les gens grâce à l’ironie de détails du quotidien qu’ils ne remarquent pas d’habitude.

Ces intentions ciblées permettent d’écarter tout ce qui touche d’autres situations d’éparpillement, d’autres effets secondaires ou d’autres trucs ironiques. Elles gardent le texte sur la track de ton sujet, comme on dit en bon québécois.

Une intention claire garde ton texte sur la track.

Quand tu fais ton plan et que tu rédiges, reviens à ton intention. Reste sur la track.

Lorsque tu as terminé ton texte, reviens à ton intention. Demande-toi si chaque partie du texte y correspond. En d’autres mots, vérifie si la track est complète et solide pour ceux qui te suivront (ça, ce sont les lecteurs!).

Au fait, lecteurs non québécois, une «track» est un chemin de fer.

Deux questions à te poser pour éliminer l'éparpillement

L’intention du lecteur (la sienne)

L’intention du lecteur est tout aussi importante que celle de l’auteur. En plus de permettre à ce dernier de trier le contenu pertinent, elle l’aide à formuler les phrases de façon à accrocher le lecteur tout au long du texte.

On trouve l’intention du lecteur en répondant à la question «Pourquoi lirait-il ce texte?»

La réponse doit parler du lecteur. Pas de «mon texte va l’aider» ou «mon texte est drôle» ici. Mets-toi à la place de l’autre: que cherche-t-il en cliquant sur ton lien?

Ici aussi, une réponse précise sera plus utile. «Parce qu’il a besoin d’aide» ou «Parce qu’il aime rire», ça n’avance pas grand-monde car le lecteur peut combler ces besoins ou envies de multiples façons. Pourquoi lirait-il ton texte en particulier?

Voici quelques exemples d’intentions claires.

Il cherche un moyen de moins se perdre dans ses idées lorsqu’il écrit.

Il se questionne sur les effets de la fumée secondaire sur la santé de ses poumons, car ses amis commencent à fumer.

Il souhaite passer le temps d’une façon amusante et rapide qui stimule légèrement son intellect.

Ainsi, dans le premier exemple, pour répondre à l’intention de ce lecteur, on garde le propos succinct et concret. On place tout de suite le lecteur devant la solution à sa quête d’information. Pas de longue mise en contexte, pas d’explications détaillées, pas de citations d’études scientifiques sur la concision et ses effets.

À lire: Un fil conducteur du texte: les émotions du lecteur

En revanche, dans le deuxième exemple, explications et citations d’articles scientifiques seront pertinentes. Comme le lecteur visé est un jeune, il faudra toutefois adapter le contenu pour qu’il soit facilement compréhensible. Des phrases courtes et un vocabulaire simple seront de mise. De plus, les supports visuels joueront un rôle important : tableaux de données simplifiées, images de poumons avant/après, etc.

Finalement, dans le troisième exemple, on adopte un ton humoristique et léger. On est à la fois descriptif et précis, car l’accumulation des détails rapportés contribue au plaisir du lecteur, en autant qu’ils soient courts et amusants.

Éliminer l’éparpillement en écriture grâce à deux intentions précises

Comme mon intention est de t’éviter l’éparpillement en écriture grâce à l’utilisation de l’intention, et de te permettre d’utiliser rapidement cette méthode, je m’arrête ici 😉

N’hésite pas à l’essayer dès que tu sens que tu perds le contrôle de tes idées, voire de ton plan. Souviens-toi: «Pourquoi j’écris ce texte?» et «Pourquoi mon lecteur le lirait?»

Discuter avec autrui aide à clarifier son intention et ses idées. Fais-moi signe si je peux t’aider!

1 réflexion au sujet de “Éliminer l’éparpillement en écriture grâce à deux intentions précises”

Laisser un commentaire ou poser une question