Article Avancer son projet d'écriture: le secret est dans la constance
Bien écrire de la fiction, On jase!

Avancer son projet d’écriture: le secret est dans la constance

Une idée d’histoire jaillit, un concept de livre s’accroche dans votre esprit. Vous rédigez les premières pages, vous faites un plan… puis le projet stagne. Il vous habite encore, mais le quotidien vous emporte et rend l’écriture difficile. Pourtant, le secret pour avancer votre projet d’écriture réside dans la constance.

Inutile d’attendre l’inspiration, le moment idéal, l’endroit idyllique, la plage horaire magiquement vide…

Mieux vaut se relever les manches et instaurer une routine.

Une routine d’écriture : simplicité et avantages

Une routine peut être très simple. Elle n’a pas besoin d’accaparer votre journée ni de comporter plusieurs éléments (la tasse de thé, le crayon spécifique, la musique, etc.).

Essentiellement, il s’agit de s’asseoir, ouvrir son cahier ou un fichier, et y ajouter des mots.

En fait, vous pouvez rester debout ou écrire couché. L’essentiel est vraiment d’écrire.

Décor d'écriture quotidienne - table de salle à manger
Pas besoin d’un endroit Pinterest pour avancer son projet d’écriture; je m’installe souvent dans la salle à manger.

Idéalement, vous écrirez au même moment chaque jour. Là encore, il vaut mieux écrire à différents moments que ne pas écrire du tout.

Avantages de la routine

Lorsqu’on écrit régulièrement, même pendant un moment court, le cerveau se met de plus en plus rapidement en mode «écriture créative». Comme un muscle qui s’adapte à un exercice régulier, l’imagination apprend à s’activer, surtout si c’est au même moment chaque jour.

Une routine permet aussi, à la longue, d’éliminer les blocages et les craintes, de construire une certaine confiance en sa capacité à écrire.

D’ailleurs, plusieurs auteurs professionnels vantent les mérites d’une habitude régulière d’écriture.

Les conseils des grands écrivains

Dans On Writing, Stephen King partage ses conseils d’écrivain expérimenté, dont celui-ci: lisez beaucoup, écrivez beaucoup. Il donne ensuite son horaire typique en exemple: «I like to get ten pages a day, which amounts to 2 000 words. (…) On some days those ten pages come easily (…). (…) only under dire circumstances do I allow myself to shut down before I get my 2 000 words.»

Traduction libre : «J’aime arriver à 10 pages par jour, ce qui équivaut à 2000 mots. Certains jours, ces 10 pages viennent aisément. Seulement en de très difficiles circonstances vais-je me permettre de cesser d’écrire avant d’atteindre mes 2000 mots.»

Je partage un autre conseil aussi de Stephen King dans cet article sur les adverbes.

Louise Tremblay-D’Essiambre fait aussi preuve d’une régularité semblable: «Je me lève vers 6 h 30-7 h et j’écris jusqu’à midi, tous les jours. Je veux faire entre 1500 et 2000 mots par jour. » (Lisez l’article complet.)

Par ailleurs, elle souligne que ce n’est pas facile, même après des années: «Le premier jet m’angoisse terriblement. Tous les matins, j’ai l’impression que je n’aurai pas d’idées, que ça ne viendra pas, que je ne serai pas capable.»

De son côté, Bernard Werber ne croit pas aux sprints d’écriture : «Pour être écrivain, c’est 8h à midi et demi tous les matins. Et je vais expliquer pourquoi ça marche à tous les coups. Si vous faites n’importe quoi de 8h à midi et demi sur une longue période, au bout d’un moment, même en n’était pas doué, vous arrivez à quelque chose d’intéressant, juste par la régularité de la pratique.» (Écoutez l’entrevue.)

La très constante Amélie Nothomb suit un rituel très rigide: «le matin très tôt, entre 4 heures et 8 heures, assise, de préférence sur un vieux canapé, un petit cahier posé sur ses genoux, un «stylo bille usagé» à la main.» (Lisez l’article complet.) Elle rédige 3 à 4 romans par année et choisit celui qui sera publié.

Plus près de nous, au Québec, Dominic Bellavance s’installe chaque matin pour écrire, y compris fin de semaine. Dans Comment écrire plus, il prône d’écrire chaque jour peu importe le nombre de mots, que ce soit 10 ou 1000.

Plusieurs autres auteurs prônent la constance et l’écriture quotidienne: Baudelaire, Elizabeth Gilbert, Alain Samson, Simon Boulerice, etc.

Voici d’autres routines pouvant vous inspirer :

Évidemment, on ne peut pas tous se permettre d’écrire pendant la moitié de chaque jour, n’étant pas des auteurs professionnels comme King et compagnie. Que faire?

La constance pour l’écrivain non professionnel

Pour nous autres, qui ne sommes pas des écrivains de carrière et qui ne pouvons pas passer la moitié de chaque journée à écrire, quelles sont les options?

Je vous présente trois modes de constance: quotidienne, hebdomadaire et annuelle.

Avancer son projet chaque jour

Sans dédier plusieurs heures par jour à notre projet d’écriture, on peut lui consacrer quelques minutes. Un quart d’heure de rédaction vaut mieux que zéro minute.

On peut aussi approcher l’habitude différemment et viser un nombre de mots plutôt qu’un bloc de temps. Pour ma part, je vise un minimum de 250 mots de fiction quotidiens. J’en parle régulièrement dans mes stories Instagram.

Une pratique quotidienne est fortement recommandée… mais difficile à intégrer. Moi-même, j’ai essayé plusieurs fois (et j’essaie encore!) d’y parvenir. Le défi est constant. Mais gratifiant.

Avant d’accoucher, j’ai réussi à écrire un peu chaque jour pendant un mois. J’ai ajouté plus de 10 000 mots à mon roman!

Valérie Auclair relève le défi d'écrire 250 mots de fiction par jour
Sur Facebook et Instagram, je parle régulièrement de mon défi d’écrire 250 mots de fiction par jour.

Se donner un rendez-vous hebdomadaire

Cette méthode m’a très bien réussie pendant mon congé de maternité. On n’avait pas de routine quotidienne fiable et j’étais trop fatiguée pour créer chaque jour. Par contre, un soir par semaine, une fois que mon conjoint prenait la routine du dodo en charge, j’écrivais. C’était mon rendez-vous, planifié et mis à l’horaire, incontournable comme si j’allais chez le dentiste. J’écrivais pendant au moins une heure… souvent ça finissait plus tard J

Le rendez-vous hebdomadaire est un engagement envers vous-même. Réservez la plage horaire tout de suite et ne la déplacez pas pour un oui ou un non. Pas besoin de viser la demi-journée : une heure peut suffire.

Au risque de me répéter : une heure d’écriture vaut mieux qu’aucun moment!

Note: Ce rendez-vous peut aussi être mensuel, mais vous aurez beaucoup plus de mal à replonger dans votre récit.

Le sprint d’écriture annuel

N’en déplaise à Bernard Werber, certains fonctionnent bien avec des sprints d’écriture, c’est-à-dire des périodes de rédaction intensives.

Un bon modèle est le NaNoWriMo, chaque année en novembre : écrire 50 000 mots en un mois! La communauté et l’énergie qui s’en dégagent sont très stimulants pour la créativité et l’assiduité.

Vous pouvez aussi vous retirer pendant quelques jours ou semaines, vous cloîtrer à la maison ou dans un chalet, et écrire toute la journée. Il existe aussi des retraites d’écriture organisées, qui ont l’avantage de briser la solitude.

Dans ce contexte, la constance sera de vous consacrer à votre projet au lieu de procrastiner, d’écouter Netflix, de vous prélasser au bord du feu ou de visiter des amis 😉

Article Avancer son projet d'écriture: le secret est dans la constance - image Pinterest

Bref, plusieurs options s’offrent à vous pour ajouter de la constance à votre pratique. La constance, à l’aide d’une routine, vous permettra d’avancer votre projet d’écriture.

Après tout, la meilleure façon pour ajouter des mots à votre texte, c’est d’écrire!

Pour d’autres conseils sur l’écriture, abonnez-vous à mon infolettre!

Je veux les conseils!

1 réflexion au sujet de “Avancer son projet d’écriture: le secret est dans la constance”

Laisser un commentaire ou poser une question