Article 25 - bannière
Bien écrire un texte, On jase!

Ma plus grande leçon d’écriture : tuez vos chéris

Je lance 2018 en vous révélant ma plus grande leçon d’écriture. Je l’ai apprise il y a déjà une dizaine d’années, et ce ne fut pas facile sur le coup! Encore aujourd’hui, même convaincue de ses bienfaits, je dois me discipliner pour la mettre en pratique. Je vous encourage vivement à suivre tous les conseils qui ressemblent à : tuer vos chéris.

Tuer vos chéris : un précieux conseil

« Tuer vos chéris » est la traduction du fameux « kill your darlings ». Les chéris représentent les tournures de phrases ou les passages dont un auteur est particulièrement fier.

Pourquoi les tuer? Parce que ces belles phrases nuisent au texte. Pas toujours, évidemment!

Dans un monde idéal, une phrase est efficace et pertinente, à sa place et bien entourée. Si c’est le cas, hors de question de la supprimer.

Dans le monde réel, des mots ou phrases s’avèrent maladroits, inutiles, mal placés… ou les trois! Un bon travail de réécriture ou de copier-coller permet d’en réchapper plusieurs, mais, parfois, seule l’ablation convient.

François Mauriac disait : « Écrire, c’est choisir ». Il avait bien raison!

Pourquoi j’ai du mal à tuer mes chéris

Je mets beaucoup de moi-même dans mes textes, surtout lorsque j’écris de la fiction. Dans ce cas, supprimer des mots, c’est comme supprimer une partie de ma créativité, de mon expressivité. Pas évident!

Aussi, surtout au début, l’exercice est dur pour l’orgueil : je croyais avoir écrit d’excellentes lignes, mais je dois les amputer ou les modifier. Ouch!

Pourquoi je les tue quand même

Lorsque j’écris, mon objectif est d’être comprise par un lecteur éventuel. Lorsque j’écris de la fiction, je veux en plus que sa lecture soit agréable, qu’il s’absorbe dans les péripéties des personnages et qu’il en oublie le monde autour. Pour ce faire, le texte doit se tenir sur les plans du rythme et du contenu.

Comme j’écris rarement avec un plan (cordonnière mal chaussée, je l’avoue!), je m’éparpille souvent. Mes idées se mélangent ou se répètent. Au premier jet, je mets trop d’adjectifs et d’adverbes. Or, je vise un style concis et vivant : il me faut ajuster, resserrer, synthétiser, éliminer!

Comment tuer vos chéris

Tuer vos chéris peut se faire de plusieurs façons. Ces méthodes s’incarnent dans des conseils que vous avez sans doute déjà vus (parce qu’ils sont bons!).

  • Éliminer des adverbes
  • Éliminer des adjectifs
  • Éliminer des subordonnées relatives
  • Éliminer des phrases/passages

Ainsi, on peut tuer des petits chéris (ce mot inusité déniché dans un dictionnaire des synonymes dont on adore la sonorité mystérieuse, mais qui brise le rythme de la phrase) ou de grands chéris (un chapitre de roman ponctué de bijoux linguistiques, mais qui n’apporte rien à l’intrigue).

Pour cet article, j’ai supprimé une dizaine de passages (bouts de phrases, phrases ou paragraphes) qui étiraient la sauce au lieu de l’épaissir. J’ai aussi éliminé ou remplacé plusieurs adjectifs, adverbes et verbes pauvres.

Exemple de réécriture de Stephen King
Stephen King tuant ses chéris (On Writing, pages 280-281)

Comment j’ai appris à tuer mes chéris

J’avais vu ce conseil souvent avant, mais c’est à l’université que j’ai vraiment appris à tuer mes chéris. Je suivais des cours où on retravaillait nos textes, donc je n’avais pas le choix de raccourcir et de reformuler pour remettre une version améliorée. Et miracle! Je survivais!

C’est donc là que j’ai constaté que ce n’est pas si grave de couper. En fait, c’est mieux pour le texte, donc bon pour l’orgueil, une fois vaincues les premières réticences. C’est comme tout : plus on s’exerce, plus ça devient facile.

Recevoir les commentaires d’autrui donne l’heure juste sur la pertinence réelle de nos phrases. Lorsque plusieurs lecteurs effacent un segment sans hésiter, c’est signe qu’il n’a pas sa place, même si on l’aime!

Êtes-vous comme moi? Je trouve surtout difficile de supprimer une phrase bien tournée et « seulement » inutile. On a envie de la garder pour l’effet esthétique, et tant pis pour l’efficacité.

Au fait, serait-ce bien grave? Bien sûr que non! On parle d’écriture, pas de chirurgie à cœur ouvert. En fait, l’impact dépend de l’intention d’écriture.

Pourquoi tuer vos chéris

Tuer vos chéris vise à rendre votre texte plus efficace, précis et concis. En fait, ça permet de répondre aux attentes de vos lecteurs!

Selon votre objectif, votre style et les attentes de vos lecteurs, vous chercherez à éliminer les redondances et les lourdeurs, à bien enchaîner les phrases, les paragraphes et les idées. Un lecteur accroché à l’essentiel, c’est précieux en cette ère de lecture rapide et de décrochage fulgurant!

Vous trouverez des trucs d’écriture et de réécriture dans les articles suivants.

Vous pouvez aussi vous procurer le Guide complet de rédaction et de révision pour mieux bloguer. Il inclut, entre autres, des exercices pour écrire de façon concise.

Obtenir le Guide!

Un truc pour tuer vos chéris sans regret

Si vous êtes comme moi, vous avez du mal à supprimer une belle phrase ou un long passage par crainte de le regretter par la suite.

Voici un truc bien connu et bien efficace pour contourner cette peur : copiez ce passage ailleurs. Sur une feuille de papier, dans un autre fichier, peu importe.

Vous devez le retirer de votre texte, pas de votre vie! Gardez ces mots en réserve, que ce soit pour les réutiliser ailleurs ou par pure nostalgie.

Pour ma part, je conserve soit des phrases dont je suis particulièrement fière, soit de longs passages qui ne conviennent pas mais que je pourrais exploiter dans un autre contexte. Les savoir disponibles au besoin accélère mon processus de révision et de réécriture, puisque j’hésite beaucoup moins avant de couper.

Honnêtement, bien qu’il me soit déjà arrivé de récupérer des passages, je finis le plus souvent par supprimer mes rebuts quelques mois ou années plus tard, et sans regret!

 

Je suis curieuse de connaître votre point de vue. Avez-vous du mal à couper vos phrases, vos textes? Ou est-ce que ça ne pose aucun problème? Répondez-moi en commentaire!

Laisser un commentaire ou poser une question