Bannière attente des lecteurs: parler pour vrai

Deuxième attente des lecteurs: se faire parler pour vrai

Contexte : Cet article parle de l’importance de parler pour vrai à nos lecteurs. Il est le troisième d’une série de cinq, qui reprend le contenu de ma présentation au WordCamp Montréal 2017, dans laquelle je parlais des quatre attentes des lecteurs de blogue.

Intitulée Rédaction SEO? Rédaction tout court!, cette présentation durait dix minutes et visait à calmer les inquiétudes des blogueurs par rapport au SEO, ainsi qu’à ramener le lecteur au centre de leurs préoccupations.

Voir aussi
Rédaction web : les quatre attentes des lecteurs de blogue
Première attente : une promesse remplie

Les lecteurs veulent qu’on leur parle pour vrai

En fait, les lecteurs veulent surtout ne pas tomber sur des clickbaits, des pages de publicités où vos clics de souris comptent avant tout. Ils veulent du contenu qui les informe ou qui les distrait… intelligemment!

En rédaction, on parle pour vrai à nos lecteurs en préparant notre contenu et en le structurant. On fait des recherches si on a besoin de sources ou de plus d’informations. On donne un ordre logique à nos arguments ou nos sous-aspects. On s’assure de tout dire et de ne pas trop en dire à la fois.

Surtout, on fait attention d’écrire pour l’autre et non pour soi. On n’écrit pas son journal intime : on écrit pour être lu! C’est ce que je veux dire par « parler pour vrai ». Lorsqu’on choisit de bloguer, c’est parce qu’on a quelque chose à raconter, à partager.

Il faut donc faire attention à ne pas laisser de trou dans les idées ou de flou dans les explications. Ce n’est pas facile! Quand on connaît bien son sujet, on a tendance à passer par-dessus certaines explications. On ajoute même des clins d’œil, sans réaliser que personne d’autre que nous ne les comprendra!

Tableau sur les façons de parler pour vrai

En rédaction web, le SEO essaie de savoir si un blogueur parle pour vrai à ses lecteurs en analysant le nombre de mots dans le texte, la présence de sous-titres et le nombre de mots après chaque sous-titre.

L’idée est que, si vous prenez la peine d’écrire un long texte et de le structurer, vous devez réellement avoir quelque chose à dire. Le SEO croit que votre sujet est assez important et pertinent pour que vous ayez pris le temps de l’élaborer et de le structurer. Donc, il juge que le lecteur trouvera probablement votre article intéressant.

Ne virez pas fou avec la structure!

Je le répète dans tous les articles de cette série : l’algorithme du SEO évolue constamment. Les nombres de mots à viser changent constamment. Mon conseil? Trouvez la structure qui convienne à l’article que vous écrivez et au lecteur que vous visez.

Si vous avez besoin de 400 mots entre deux sous-titres pour expliquer quelque chose, allez-y. Inutile d’ajouter des sous-titres supplémentaires pour faire plaisir au SEO. Votre lecteur risque de trouver ça agressant ou mal structuré, et il va lâcher. Or, ça ne donne rien d’avoir un SEO impeccable si l’humain ne lit pas votre article au complet!

De la même façon, si vous avez fait le tour de votre sujet en 250 mots, n’étirez pas la sauce. Le lecteur humain le sent tout de suite et il déteste ça, car il a l’impression de perdre son temps.

Si ça se trouve, le nombre de mots recommandé variera un jour en fonction du type d’article : recette, test de produit, tranche de vie, etc. Autant utiliser tout de suite les mots dont vous avez réellement besoin!

Parler pour vrai à vos lecteurs

Trouvez la meilleure structure pour présenter ce que vous avez à dire. Le lecteur appréciera des sous-titres significatifs et des paragraphes qui vont droit au but.

De son côté, le SEO fait de son mieux pour déterminer si vous écrivez pour répondre à un besoin ou pour ramasser des clics. Mais il peut se tromper, car il n’est pas parfait! Heureusement pour lui, le SEO évolue toujours. Il vise la même chose que nous : trouver du contenu pertinent pour le lecteur.

Voilà pourquoi il faut écrire pour nos lecteurs, pour les humains, avant tout. En appliquant les bonnes pratiques de la rédaction, par défaut, on répond à l’idée derrière la rédaction SEO. Et en écrivant le meilleur texte possible pour nos lecteurs, on met plus de chances de notre côté que notre texte soit bien référencé sur le long terme.

Alors écrivons pour le lecteur avant tout!

1 thought on “Deuxième attente des lecteurs: se faire parler pour vrai”

Laisser un commentaire