Bannière de l'article Ne séparez pas le sujet et le verbe par une virgule

Ne séparez pas le sujet et le verbe par une virgule

Mise à jour: 17 août 2017

Tout est dans le titre : ne séparez pas le sujet et le verbe par une virgule. Voilà une règle simple! Pourtant, combien de phrases lisons-nous qui présentent cette faute? Trop! J’ai donc décidé de me pencher sur ce phénomène un peu trop répandu à mon goût, et d’expliquer en quoi il s’agit d’une grande erreur.

Entendons-nous : une virgule de trop ou de moins ne causera pas mort d’homme. Quoique… d’après ces exemples, c’est possible! Pour nous, les blogueurs, il n’est pas question de vie ou de mort, mais bien de compréhension. Comme notre premier objectif, en écrivant un blogue, est de communiquer quelque chose à quelqu’un, nous devons régler, voire prévenir, tout problème de compréhension.

La légende urbaine

Une virgule ne représente pas une respiration dans un texte. Enlevez-vous ça de la tête! Il s’agit d’un truc de rythme de lecture à voix haute, et non d’une règle de ponctuation. Malheureusement, ce truc cause bien du tort aux personnes moins à l’aise avec l’écriture.

Une virgule est un signe de ponctuation géré par des règles claires. Le « problème » vient du fait que plusieurs de ces règles se concluent par une virgule facultative. De plus, il est vrai qu’on peut manipuler la ponctuation pour créer des effets de style. Mais pas toujours!

Il existe des virgules obligatoires et, surtout, des absences de virgules obligatoires. C’est de ça dont je vous parle aujourd’hui : une absence obligatoire de virgule.

La règle

En français, le sujet d’une phrase se rapporte au verbe de cette même phrase. Le complément d’objet, qu’il soit direct ou indirect, se rapporte aussi à ce verbe.

Cette règle signifie que, dans la phrase, ces mots doivent être en contact direct. Or, la virgule empêche les mots de se toucher. Elle crée une sorte de barrière entre eux. Une barrière moins haute que celle du point, mais quand même! C’est parfois pratique – par exemple pour qu’une longue phrase complexe demeure claire et facile à lire – mais il ne faut pas installer des clôtures n’importe où.

Imaginez qu’on n’ait plus accès aux mots entre les virgules parce qu’ils sont cachés derrière la clôture. Si le verbe se retrouve là, la phrase n’a pas de sens! On a juste un sujet tout seul, qui ne fait rien.

Regardons des exemples! Voici une phrase simple et correcte.

Exemple de phrase simple

Et voici une phrase complexe et correcte.

Exemple de phrase complexe

Qu’est-ce qu’on a dans ce deuxième exemple? Deux phrases simples.

  1. Je parlerai aux enfants plus tard.
  2. Nous serons en classe.

Pour montrer le lien de logique entre les deux affirmations, on les réunit dans la même phrase. Dans ce cas-ci, on utilise la conjonction « lorsque » pour montrer la simultanéité des deux actions : parler aux enfants et être en classe.

  1. Je parlerai aux enfants plus tard, lorsque nous serons en classe.

Alors, pourquoi la virgule dans cet exemple?

Parce que « plus tard » et « lorsque nous serons en classe » ont le même rôle syntaxique. La dernière partie de la phrase précise le sens que l’on donne à « plus tard ». Mais les deux groupes de mots complètent le verbe « parler » en donnant des informations temporelles qui, finalement, reviennent au même.

La virgule vient donc les séparer.

Et si on effaçait « plus tard », question d’enlever cette redondance d’information?

Phrase complexe simplifiée

Plus besoin de virgule! Les mots se touchent sans problème.

Le sujet et le verbe

Je pourrais facilement m’emporter avec des exemples de toute sorte, mais revenons au sujet du présent article : ne pas séparer le sujet et le verbe par une virgule. Voyons comment la première phrase en exemple peut déraper.

Exemple de phrase fautive

C’est le genre de phrase qu’on retrouve souvent sur internet, et même ailleurs! La virgule ajoutée s’interpose entre le sujet (« Mon amie qui aime les fleurs ») et le groupe verbal (« parle à ma sœur »).

En fait, la virgule construit des clôtures. Elle a toujours besoin d’aide, c’est-à-dire d’un deuxième signe de ponctuation, pour faire tenir la clôture debout. Dans la phrase de l’exemple, la virgule se fait aider par le point final, même s’il n’a rien demandé.

Phrase fautive illustrée 2 fois

Cette virgule n’a aucune raison d’être. Elle donne l’impression qu’on va lire une information secondaire avant d’arriver au verbe… mais on se retrouve tout de suite devant le verbe!

Pour le cerveau, ça manque de logique. Consciemment ou non, le lecteur est embêté et son expérience de lecture devient désagréable.

Évidemment, un lecteur moindrement dégourdi comprendra ce qu’on veut lui dire, surtout si la phrase fautive est aussi simple que l’exemple. Mais pourquoi ne pas lui rendre sa lecture facile et agréable? Pourquoi ne pas nous soucier de bien écrire, tant qu’à écrire? Il aura plus envie de revenir nous voir pour un prochain article 🙂

Voici les deux façons correctes d’écrire la phrase fautive.

Deux phrases correctes

Laquelle utiliser? Eh bien, ça dépend du sens. C’est ici que la limite des correcteurs automatiques apparaît : ils ne comprennent pas ce que vous voulez communiquer. Alors ils ne peuvent pas complètement vous aider à le faire. Seul un être humain peut relever cette erreur et la corriger en respectant votre message.

Dans la phrase 1, c’est la première fois dont on parle de l’amie. On mentionne celle qui aime les fleurs en l’opposant à tous nos amies qui n’ont pas la particularité d’aimer les fleurs. On l’identifie avec une explicative qui n’est pas facultative. Si on ne fournit aucun détail, le lecteur va se demander de quelle amie on parle. Donc, pas de virgule.

Dans la phrase 2, le lecteur sait déjà qui est cette amie. On en a parlé avant. Le fait qu’elle aime les fleurs est une explication supplémentaire, voire superflue. Si on enlève « qui aime les fleurs », le lecteur sait toujours de quelle personne on parle. Donc, des virgules. Deux virgules, car elles encadrent la subordonnée relative et indiquent qu’on fait une pause dans la phrase, le temps d’expliquer quelque chose, et que le verbe s’en vient. Ainsi, la phrase reste grammaticalement correcte, malgré la clôture des virgules.

Phrase correcte illustrée

Bref, on peut séparer un sujet et un verbe par de la ponctuation. Mais ce sera par un duo de virgules, pas par un solo!

Le truc : imaginez comment la clôture tient dans votre phrase (où sont des deux poteaux?) et quelle information elle cache. La phrase doit garder son sens syntaxique!

 

Ces explications sont-elles claires? Comprenez-vous mieux le rôle de la virgule dans une phrase? J’ai écrit un autre article sur la ponctuation, si le sujet vous intéresse ou vous pose problème. N’hésitez pas à poser des questions! 🙂

Enregistrer

Enregistrer

2 thoughts on “Ne séparez pas le sujet et le verbe par une virgule”

Laisser un commentaire